[Aller au menu]

Fenestra, par Tristan Alexandre

Du 01/07/2021 au 05/09/2021

Afin de dynamiser le centre-ville et de replacer la culture au cœur de la cité, la Ville de Périgueux a fait appel à l’artiste Tristan Alexandre pour qu’il conçoive un parcours artistique dans des vitrines du secteur sauvegardé, du 1er juillet au 5 septembre.

C’est en déambulant dans les rues Taillefer, de la République, André Saigne et des chaînes que les promeneurs pourront faire connaissance avec le travail de Tristan Alexandre. Le parcours peut commencer ou se clore par la visite d’un espace d’exposition installé dans l’ancienne boutique Benetton, 7 rue de la République.

Ici, dans ce lieu aménagé par les services techniques municipaux, où peintres, menuisiers et électriciens se sont affairés pour donner un nouveau visage à cette ancienne enseigne, les visiteurs pourront (re)découvrir un site emblématique de l’enfance de plusieurs générations de Périgourdins : la Daudie.

Le centre de la Daudie

Propriété de la Ville de Périgueux, le camp de vacances de la Daudie situé à Saint-Laurent-sur-Manoire, a accueilli des générations d’enfants depuis la mise en œuvre de la politique familiale des années 30. Acquis en 1938, le centre d’une vingtaine d’hectares abrite dans ses bois des cabanes d’enfants, des courts de tennis et des piscines. Fermé depuis 2004, ce lieu de mémoire locale continue de vivre dans l’imaginaire des Périgourdins et dans le réel des randonneurs, artistes ou squatteurs occasionnels.

Le travail visuel et sonore proposé par Tristan Alexandre autour de la Daudie traduit l’atmosphère d’un lieu vivant - comme un écho au silence des commerces désertés qui accueillent l’exposition, entre otium et negotium. Il témoigne aussi du phénomène et du processus d’abandon pour les sublimer par l’image.

L’exposition invite à contempler le passage du temps, la désertion et la trace humaine, mais surtout la renaissance lente et imperturbable de la nature. Sans nostalgie ni regrets, l’installation évoque en filigrane la possibilité de renégocier cet espace, interroge ses qualités et pose la question de son utilité présente et future.

Dans la salle d’exposition, il sera proposé aussi aux visiteurs de participer à une œuvre collective autour de la Daudie. Sur un des murs, ils pourront laisser un mot, accrocher une image ou un souvenir de leur passage dans ce centre de loisirs.

Le parcours artistique

Au fil des différentes vitrines qui composent ce parcours, le spectateur pourra faire connaissance avec  l’œuvre de Tristan Alexandre.
Rue de la République par exemple, l’artiste revient sur une période sombre de l’Histoire, celle du Mur de l’Atlantique et des centaines de blockhaus qui ornent lugubrement nos plages, telles des cicatrices d’un temps pas si lointain. Une plongée dans un univers graphique, un rapport au temps et à la mémoire, aux allures de décors de science-fiction autour de ces "endroits laissés pour compte".

Tristan Alexandre

Tristan Alexandre mène un travail plastique sur les transformations des paysages et des usages relevant de l’activité humaine. S’appuyant sur différents médiums, il collecte les témoignages de "ce qui demeure encore" aujourd’hui, les traces et les vestiges d’un environnement dominé par l’homme. Son œuvre explore des lieux, des architectures, des milieux naturels, des objets, des savoir-faire, mais également ce qui reste d’une valeur ou d’un comportement, d’une idée ou d’un sentiment.

Par le biais de la vidéo, la peinture, la photographie et du son, il met en place des installations ou des tableaux, exposés comme des autels dédiés à ces sujets, nous incitant à contempler l’impact de l’activité humaine sur le monde.

Il présente ses installations comme des espaces visuels et acoustiques dans lesquels les spectateurs sont invités à contempler et écouter. Diplômé des Beaux-Arts d’Avignon en 2009, Tristan Alexandre vit et travaille à Valenciennes. Il a notamment exposé au Château de Goutelas, à la Fruitière numérique de Lourmarin, au Palais de Tokyo à Paris, au Musée de la Légion étrangère d’Aubagne ou à la Fête des Lumières de Lyon.

Partager cette Page