Aujourd'hui, nous sommes le dimanche 21 janvier 2018 , nous fêtons les Agnès.
Couvert

Périgueux se mobilise contre les violences faite aux femmes

Le 20/10/2017

Près d’un mois avant la journée contre les violences faite aux femmes, Antoine Audi a accueilli en mairie Gabriela Conder, Avocate des Mères de la Place de Mai, Barreau des Avocats de Buenos Aires à l’initiative de l’association femmes Solidaires Dordogne.

En 1999, L’ONU a proclamé le 25 novembre journée internationale pour l’élimination des violences faite aux femmes. Cette date a été choisie en mémoire des 3 sœurs Mirabal, militantes dominicaines brutalement assassinées sur les ordres du chef d'Etat, Rafael Trujillo.

Gabriela Conder est actuellement en France pour alerter sur les féminicides en temps de guerre et évoquer les droits des femmes à vivre en paix. En Argentine, toutes les 18 h, une femme meurt d’un féminicide. Après une table ronde animée à Paris lors du congrès national de l’association Femmes Solidaires, elle est reçue en Nouvelle Aquitaine (Angoulême, la teste, Ribérac, Montignac). 

Après une visite du secteur sauvegardé avec le Service Ville d’art et d’Histoire et l’association Amis Amigos (qui assurera la traduction), Gabriela Conder a été reçue en mairie vendredi 20 octobre pour évoquer les luttes pour les droits des femmes. 

En effet, en France, une femme décède tous les 2,7 jours sous les coups de son compagnon ou ex-compagnon ; 1 femme est violée toutes les 7 minutes. Au cours de sa vie, 1 femme sur 7 déclare avoir vécu au moins une forme d’agression sexuelle, 1 homme sur 25 effectue la même déclaration. 

En 2014, 1 633 affaires de violences conjugales ont été traitées par le parquet de Bordeaux : 10 % des femmes seulement porte plaine et 1 % des agresseurs sont condamnés. La parole des femmes victimes est difficile à recueillir, le sujet est encore tabou.

Aussi, à Périgueux, la municipalité a investi dès 2015 pour agrandir, sécuriser les bâtiments de l’Ilot femmes. En effet, cet espace est le seul lieu d'écoute et d'orientation dans le département pour les personnes victimes de toutes les formes de violences familiales.

Plus de 600 personnes y sont accueillies chaque année (4 fois sur 5 il s’agit de violences conjugales – dans les autres cas, il s’agit d’un parent, d’un enfant, etc.). 

Ce lieu a ouvert en 2013 avec Service d'Accompagnement des Familles en Difficulté (Safed) en partenariat avec de nombreuses structures d’aides qui y interviennent comme l'Adavip 24 (aide aux victimes), le CIDFF (droits des familles), Infodroits (conseils juridiques). 

Femmes Solidaires Dordogne

Issue des comités féminins de la résistance il y a plus de 70 ans, Femmes solidaires est un mouvement féministe, reconnu mouvement d’Education Populaire et bénéficiant d’un statut consultatif spécial auprès des Nations Unies. 

L’association défend les valeurs fondamentales de laïcité, de mixité, d’égalité pour les droits des femmes, de paix et de liberté. L’association s’adresse à toutes les femmes, elle les oriente et les accompagne dans leurs démarches. Elle peut se porter partie civile dans les procès relatifs aux violences physiques et/ou morales (viol, harcèlement sexuel, excision, mariage forcé…) faites aux femmes.

Cette année dans le cadre du mois des Droits des femmes, l’association Femmes Solidaires Dordogne a été l’initiative d’un salon du livre spécifique au théâtre de Périgueux : deux jours consacrés à l’écrit des femmes sous toutes ses formes les vendredi 17 et samedi 18 mars.

Des tables de livres, des rencontres-dédicaces, des expositions, des lectures à voix haute et des carrefours littéraires avec les auteures présentes ont rythmé ces 2 jours. Des tables rondes ont  interrogé la place des femmes dans les médias, le travail des femmes mais aussi la notion de féminisme et de laïcité. 

Cette initiative a été labellisée #SexismePasNotreGenre par la Ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes dans le cadre du Plan d’actions et de mobilisation contre le sexisme. Femmes solidaires Dordogne a reçu de Laurnce Rossignol, secrétaire d’Etat aux droits des femmes et à l’égalité le prix dans la catégorie Médias et communication.

 Gabriela Conder : Avocate des Mères de la Place de Mai, Barreau des Avocats de Buenos Aires

Gabriela Conder est avocate pénaliste. Elle est membre fondatrice d’une association d’avocats qui vient en aide aux prisonniers et prisonnières politiques. Elle est l’une des spécialistes de la criminalisation de la protestation en Argentine.

En reconnaissance de son engagement pour la défense pénale des femmes criminalisées par l’Etat argentin, Gabriela Conder reçoit en 2015 le diplôme « Militante à vie » des Mères de la Place de Mai qui est attribué chaque année à des femmes engagées pour la défense des droits humains. 

Gabriela Conder est également responsable des questions de genre de la Gremial des avocats : elle participe ainsi à la défense pénale de femmes arrêtées pour avortement et légitime défense ; elle défend également des femmes, des personnes trans et des mineurs victimes de violences sexuelles.

Elle travaille à la direction des infractions environnementales au Ministère de l’Environnement, et est spécialiste de la désertification et de la lutte contre la contamination environnementale en Argentine. 

Partager cette Page
Conception et réalisation :
Aliénor.net